Skema > Actualité Skema > suzhou avec clemence jean

Suzhou avec Clémence Jean

Partager   

Clémence a 23 ans et elle suit actuellement son M2 International Marketing & Business Development à Suzhou

suzhou-clemence-rue.jpgPouvez-vous vous présenter brièvement ?


Je m'appelle Clémence, j'ai 23 ans. Je suis née en France en région parisienne. Je suis passionnée par les voyages et la pratique du sport. Quand j'avais 17 ans, au lycée, j'ai participé à un programme d'échange au Mexique pendant un an. Je vivais dans des familles d'accueil et fréquentais une école mexicaine. C'est l'une des meilleures expériences de ma vie. Ensuite, j'ai passé un DUT en Techniques de Commercialisation pendant 2 ans dans le sud de Paris et j'ai effectué le dernier semestre en échange au Canada. Ensuite, je suis entrée à SKEMA Business School, dans le programme ESDHEM en apprentissage à Paris. Je travaillais comme assistante marketing international chez L'Oréal Luxe. Enfin, j'ai intégré le Programme Grande Ecole de SKEMA l'an dernier.


Pouvez-vous nous présenter votre expérience d'apprentissage de la langue à SKEMA?

L'année dernière, j'ai étudié mon premier semestre de M1 sur le campus de Sophia-Antipolis et le second à Suzhou. Actuellement, j'étudie en M2 Marketing international et développement des affaires toujours sur le campus de Suzhou et le semestre prochain, je terminerai mes études à Sophia-Antipolis en M2 Digital Marketing. Au terme de mon programme de Licence 3 à l'ESDHEM, j'ai réussi le concours et choisi d'intégrer SKEMA Grande Ecole. Mon argument principal était la dimension internationale. Entrer dans le top 10 des écoles de commerce en Master 1 ne vous permet pas toujours d'étudier à l'étranger. Alors que SKEMA m'a permis d'étudier un an en Chine, ce fut une grande opportunité pour moi. Nous avons des professeurs extraordinaires qui viennent du monde entier, qui travaillent à Shanghai et dont la plupart ont leur propre entreprise.


SKEMA compte 6 campus à travers le monde. Pourquoi avez-vous choisi d'étudier à SKEMA Suzhou ce semestre?

J'ai eu l'occasion de voyager beaucoup au cours de ma vie, en Europe, en Amérique et en Afrique. Mais je n'étais jamais allée en Asie. Au début, je n'étais pas vraiment attirée par ce continent. Mais étudier un semestre à Suzhou a été l'occasion de découvrir la Chine, le pays le plus puissant et en croissance du monde. Au cours de mon expérience à L'Oréal, j'ai réalisé à quel point la compréhension du marché chinois était importante dans l'industrie cosmétique. C'est le cas également dans l'industrie du tourisme et pour de nombreux autres marchés. Cela pourrait constituer une valeur ajoutée intéressante pour ma future carrière. Et après quelques mois là-bas, j'ai décidé de m'inscrire pour un semestre supplémentaire. J'ai été tellement surprise par ce pays, la quantité de technologie avec laquelle ils vivent, les dizaines de services que nous apprécions quotidiennement et qui n'existent pas en Europe: la livraison en 24 heures, le tissu sur mesure, la livraison de nourriture, le paiement en ligne, tout ce qui vous facilite la vie. Découvrir toute la culture était un défi tellement riche et différent du nôtre. Ce choc culturel m'enrichissait tellement. Vous ne venez pas à Suzhou pour les belles plages ou pour le rêve américain, vous venez à Suzhou pour le choc culturel.

 

Je remarque que vous avez également de nombreuses expériences de travail, principalement dans le domaine du marketing / de la communication, pourriez-vous présenter ce que vous avez vécu pendant ces années et qu'est-ce que vous en avez tiré?
J'ai quelques expériences de stage en marketing. Pendant mon DUT, j'ai travaillé à l'ambassade américaine à Paris en tant qu'attachée de communication culturelle. J'aidais à l'organisation d'événements culturels promouvant l'amitié franco-américaine. J'ai beaucoup appris sur l'importance des relations entre les pays. Ensuite, j'ai travaillé chez L'Oréal Luxe en tant qu'assistante marketing international. J'ai travaillé au lancement international d'une nouvelle marque masculine. C'était tellement intéressant de comprendre le processus de création d'une marque: le nom, le logo, l'identité et les valeurs, puis les gammes de produits, les formules, les emballages, les noms puis la stratégie numérique, la communication s'adaptant à chaque pays. Enfin, l'été dernier, j'ai occupé un poste de responsable du marketing et de la communication chez ASPTT Fédération Omnisports, une association sportive. J'étais responsable de 18 clubs en région parisienne. Appliquant leur politique de prix pour l'année suivante, créant leurs sites Web, gérant leurs médias sociaux, formant leurs employés à mettre à jour leur site Web et leurs médias sociaux. J'avais beaucoup d'autonomie sur ce projet tout en profitant de l'une de mes passions: le sport.

 

Vous avez déjà voyagé dans le monde entier? Quels sont selon vous les avantages de ces voyages?

Depuis que je suis enfant, je suis allé dans de nombreux pays tels que Cuba, le Mexique, le Canada, les États-Unis, le Sénégal, le Maroc, la Tunisie, des pays européens et maintenant la Chine. Au cours de ces voyages, j'ai beaucoup appris sur les habitants que j'ai rencontré là-bas. Chaque fois c'est une nouvelle leçon de vie. J'espère avoir la chance de continuer à voyager et à visiter de nombreux autres pays.

 

A vos yeux, un excellent étudiant en business school devrait avoir quelles qualités?

À mon avis, un excellent étudiant en école de commerce devrait être ouvert d'esprit et adaptable, des qualités que vous pouvez développer en voyageant. Il devrait également avoir des compétences en leadership, car il expérimentera le travail en équipe et dirigera une équipe de personnes. Vous pouvez acquérir ces compétences principalement en pratiquant des sports d'équipe.

 

Actuellement, vous êtes présidente de l'association BDS (Bureau de Sports). Quels sont les liens entre le sport et l'apprentissage en entreprise?


J'ai pratiqué le judo pendant 6 ans puis la natation pendant presque 10 ans. Enfin, lorsque je suis entrée chez SKEMA à Sophia, j'ai découvert le rugby. Je suis littéralement tombée amoureuse de ce sport. Il faut toujours travailler en équipe, on ne réussit pas seul dans le sport comme en entreprise. Vous devez contrôler votre stress, élaborer des stratégies et vous dépasser. Il y a la notion de protection mutuelle, qui rassemble nos forces pour être plus fort contre l'adversaire. J'ai trouvé une vraie famille là-bas. Au rugby, les valeurs et le respect sont vraiment essentiels.

Pourquoi choisir SKEMA ?
A la pointe des classements français et internationaux VOIR LES CLASSEMENTS
Une business school globale VOIR L'ACTUALITE SKEMA
Une large offre de formations CHOISIR